Boulanger étoffe son réseau de magasins

Publié le par Stéphane Jeanneteau

L'enseigne de la famille Mulliez ressent une nette baisse de la consommation depuis juin.

Toulon, ce jeudi, Créteil le 29 août. Coup sur coup, Boulanger inaugure deux nouveaux magasins. L'enseigne qui appartient à la famille Mulliez (propriétaire également de nombreuses autres enseignes : Auchan...), concurrente de la Fnac et Darty, possède déjà 81 points de vente en France. Elle prévoit encore deux nouvelles ouvertures cette année, une à Brest et une autre dans un centre commercial près de Toulouse.

« Cette année, nous aurons ouvert 6 magasins, résume Francis Cordelette, directeur général de Boulanger. Contre 4 en 2007 et 5 en 2006. » Grâce à ces nouveaux points de vente, il table sur une croissance des ventes proche des 10 % en 2008. À magasins comparables, la hausse sera de l'ordre de 4 %. L'an dernier, le chiffre d'affaires avait atteint 1,1 milliard d'euros hors taxe, mais depuis juin, les affaires sont difficiles. « Nous avons fait de bons mois jusqu'à fin mai, explique Francis Cordelette. Dans un marché de l'électroménager stable depuis le début de l'année, nos ventes continuaient à progresser. Mais il y a eu une cassure en juin. Les clients viennent moins et ils achètent mois. Les Jeux olympiques n'ont pas d'effet positif. »

 

Baisses de prix vertigineuses

Le marché est d'autant plus difficile que les concurrents ne manquent pas : Darty, bien sûr, avec plus de 200 magasins, la Fnac et Saturn, mais aussi Conforama, But, et les grandes surfaces. Boulanger revendique 5 % de parts de marché sur les grandes familles de produits qu'il vend : l'électroménager (30 % des ventes de l'enseigne), la TV et la hi-fi (35 %) et enfin la téléphonie et l'informatique. Depuis trois ans, il vend aussi des cuisines et les appareils de « santé-beauté » (fer à lisser, luminothérapie...).

 

« Si les consommateurs viennent chez Boulanger, c'est d'abord pour la qualité de ses vendeurs, estime Francis Cordelette. La proximité et l'habitude jouent bien évidemment aussi. » Et les prix, grâce à deux marques maison (Essentiel b et Listo) qui représentent 7 % du chiffre d'affaires. Dans un marché où les baisses de prix peuvent être rapides et vertigineuses (les GPS par exemple), Boulanger ne peut pas se permettre d'être plus cher. « Les clients comparent avant d'acheter, rappelle Francis Cordelette. Nous nous alignons quotidiennement sur les prix de nos concurrents, y compris ceux des sites Internet, qui représentent 9 % du marché. » Toujours pour tirer les prix, Boulanger a racheté en mai 35 % de la filiale d'achat et de logistique du groupe coopératif Gitem. « En théorie, nous augmentons notre pouvoir de négociation avec nos fournisseurs et donc nos marges », justifie Francis Cordelette. La rentrée s'annonce, en tout cas, avec son lot habituel de promos choc comme ce lave-linge Listo à 249 euros ou un écran plat Sony à 670 euros.


Source :  www.lefigaro.fr

 

 

Publié dans Les news

Commenter cet article